MENU

L'Actualité 

Les Pilotes
Les Machines
Les compétitions
Pro Classic
Rallyes Routiers
Bol d'Or Classic
Moto Tour
Autres courses

 

 

Revue de Presse
Partenaires
Liens

 

Contacts

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir

 

 

 
 

 

 

 
 

Challenge Pro-Classic

CAROLE 2006

Important Week-End en cette fin septembre début octobre pour les motos vertes.

Fin de saison pour le Challenge Pro-Classic 

On s'attendait à une lutte farouche entre nos deux protagonistes Eric et Gilles pour la troisième place du classement, nous avons vécu deux courses d'anthologie ce dimanche sur le redoutable circuit Carole. 

La particularité de Carole est d'être situé à deux pas des pistes de l'aéroport Roissy Charles de Gaulle, de ce fait, lorsque le vent oblige les avions à décoller au dessus du circuit les retombées de kérosène sont phénoménales, ce qui fut le cas tout le samedi. Lorsque le temps est clément les conséquences sont moindres, mais lorsqu'il pleut, la situation se corse " sévère " et bien sûr, le temps était extrêmement humide, puisqu'il a plu la nuit de samedi à dimanche, même à pieds on ressentait le phénomène de glisse. Je me suis donc permis de faire des recommandations à ce sujet à nos pilotes, juste avant le départ. 

Tout le monde en place sur la ligne de départ pour le tour de chauffe : les pilotes partent ligne par ligne - première ligne OK, deuxième ligne OK, troisième ligne un pilote ne démarre pas, il pousse…. Au secours ! c'est Gilles !, il pousse….la moto ne démarre pas…. Çà monte… il pousse…. Elle refuse de démarrer. Quelle horreur ! ce n'est pas possible ! Après trois tentatives, il se met sur le bas-côté, les autres lignes partent… deux commissaires viennent le pousser, elle démarre…. Ouf ! Le pace-car étant passé Gilles n'a pas l'autorisation de terminer son tour de chauffe il se positionne juste à la sortie de la pré-grille. alors ? que va-t-il se passer ? aura-t-il le droit de participer à la course ? Suspens ! La procédure de départ est donnée et Gilles a finalement le droit de partir en " queue de peloton ". 1 virage - 2 virages - troisième virage chutes… drapeau rouge…. nouvelle procédure de départ… et notre Gilles retrouve sa place sur la troisième ligne. Nouveau départ. Tout bien ! Pas de chute. On pointe Eric en excellente position. Super !… Gilles moyen ! les évènements du début de courses ont dû le déconcentrer. Tiens bizarre le " bébé-Carole " (Alain Bourachden) est loin - pas normal - il va sûrement y avoir du sport, çà m'étonnerait qu'il accepte une place de figuration sur " SON " circuit ! et là… nous avons eu droit à du grand " Bourach " un grand plaisir à voir sa remontée et sa victoire, çà c'est de la course d'anciennes ! Les Grands Prix à côté ???? du " pipi de chat " !!!!!!…. Mais il n'y a pas eu qu'Alain Bourachden pour nous donner du plaisir. Le deuxième " Bébé-Carole " se nomme Daniel Drevet Daniel déteste Carole mais il déteste surtout perdre à Carole. Daniel roulant sur une GG 1135 (qu'il peint systématiquement par erreur ou en jaune ou en rouge), il est bien évident qu'il faisait partie des pilotes que je surveillais de près. Comme de bien entendu, il pointait déjà 4ème à la fin du premier tour. Place de quatrième qu'il aurait pu conserver jusqu'à la fin si notre bon Eric n'était pas venu le " titiller " vers la mi-course. Et c'est à ce moment là que nous avons assisté à une lutte intestine entre les deux GG , je te passe, je te repasse, je te re-repasse. A mi-ligne droite du dernier tour Eric était derrière Daniel : Emotions suprêmes. Eric aura-t-il le cœur suffisamment gros pour tenter le freinage un poil plus loin pour " taxer " Daniel dans le dernier virage ???…. Il va oser le faire !!! Angoisse ! Il le fait ! Wouahouh ! Cà passe ! Eric devant Daniel ! Eric là tu as fait fort ! Mille fois : Bravo !. Comment on va faire pour consoler Daniel ? Gilles n'ayant pas pris un excellent départ il devait refaire son retard, tour après tour on le voyait remonter, remonter, remonter. Lorsqu'il est arrivé " dans la roue " des quatre pilotes menés par Philippe Fréon et sa superbe Segoni Kw, son fils Frédéric, avec qui je partageais mes réactions m'a dit : Hum ! Gilles va passer mon Père ! Ce qu'il n'a pas hésité à faire pour terminer devant ce petit groupe à la 10ème place du général et 8ème des unlimited. Devant, il y avait les unlimited, oui, mais il y avait aussi un concurrent incroyable qui, avec sa 750 Guzzi a disputé toute la course en troisième position, il s'agit de Vincent Créance qui termine le championnat en première position de la catégorie 750, mais surtout en troisième position du scratch et cela c'est assez surprenant et admirable. Derrière lui dans cette course, et en troisième position des unlimited, on retrouvait Patrick Rigaud (vainqueur du Challenge) qui roule sur une demi-GG. Sa moto une Kw est équipée d'une selle ex-Alain Genoud, aussi tout le monde croit qu'il roule en GG, mais non ! c'est une Kw qu'il prépare tout seul puisque c'est son métier. Mais sur cette épreuve, il a eu beaucoup de chance parce qu'aux essais du samedi on l'a vu quitter la piste à mi-séance. Le sachant en tête du challenge j'ai imaginé qu'il ne voulait pas prendre de risque. La raison était bien autre : boîte de vitesses cassée. A 800 kilomètres de chez lui, il lui était impossible de réparer ! Et c'est là qu'on voit l'esprit (le très bon esprit) de ces compétiteurs de Pro-Classic ! Daniel Drevet apprenant la déconvenue de Patrick, lui a spontanément proposé une boîte qu'il avait chez lui (à 20 Kms). Daniel demandant de l'aide à Nadine pour remonter de toute urgence sa moto dans son fourgon afin de pouvoir vite aller chercher la boîte en question, afin de revenir au plus vite pour le briefing, je me suis empressée de proposer notre véhicule pour gagner du temps et nous sommes donc vite allés chercher la fameuse boîte. Enfin ! Vite c'est beaucoup dire ! Vous avez idée de la circulation en région parisienne un samedi après-midi ? Nous avons quand même réussi à revenir assez tôt pour le briefing et notre Patrick a pu réparer sa moto. Cette course a été vraiment à l'image du Challenge : riche en rebondissements. A l'arrivée j'étais aussi fatiguée que les pilotes ! Pour la course de l'après-midi les choses se sont corsées avec une ondée sérieuse juste une heure avant le départ. Flotte plus kérosène = patinoire. Vous avez dit " patinoire " ? C'était bien pire ! … Premier tour : démarrage en douceur. Ligne droite du fond : Eric en tête. Super ! Bizarre, ils sont bien lents les autres ??????!!!!!!…… Ils sont terriblement lents !!!… Virage avant les stands : vitesse moyenne 3 à l'heure ! Ce doit être terrible ! " Ste Savonnette " priez pour eux ! Prend-on du plaisir sur une piste pareille ? Première réponse : un tour, deuxième tour, Daniel sort du circuit : tiens sa moto avait l'air d'aller bien pourtant ?! Explication : Inutile de prendre des risques, je suis ici pour le plaisir, pas pour risquer à chaque virage d'aller " brouter le gazon " en, peut-être, entraînant un, voire plusieurs autres pilotes qui, du fait de l'état de la piste, ne pourraient pas m'éviter en un mot, je ne suis pas ici pour risquer ma vie ni celle des autres. Deuxième tour : Eric toujours en tête, " Bourach " derrière. Troisième tour : Eric encore en tête, plus de " Bourach " Zut ! Renseignement pris il est en panne (pourtant il est concessionnaire Yam sur une TZ !). Quatrième tour : plus d'Eric. Stupéfaction ! Désappointement ! renseignement pris : Eric en panne. Non ! c'est pas vrai ! Hélas ! si ! Ces motos de courses sont vraiment d'une fragilité déconcertante ! Pendant ce temps-là sur la piste les plus courageux et les plus chanceux roulaient doucement, doucement tels des funambules risquant la perte d'équilibre à chaque virage. Gilles ne brillait pas sur sa JBB qui patinait à-qui-mieux-mieux, à chaque passage, je souffrais pour lui. Patrick Rigaud passait plus que tranquillement, seul Patrice Guilhemjouan donnait l'impression d'y croire. Il faut dire qu'en grand spécialiste du tout-terrain et de la montée impossible il ne voulait pas se laisser faire par des conditions déplorables. Il est certain que seules les motos moins violentes tiraient leur épingle du jeu. Ainsi notre " Dudu " tournait tel l'horloge sur sa 1000 GG de 77 (ex Eric). Il tournait si bien qu'il a fini sur le podium pour la première fois de sa vie. 

Pour une première saison en Pro-Classic, il la termine vraiment en beauté, dommage qu'il n'ait pas été autorisé à conserver la coupe qui lui a été remise sur le podium par Nicole Fréon, organisatrice du Challenge. Explication : le club organisateur de la manifestation ne veut pas donner de coupes pour les Pro-Classic, Je ne souhaite pas porter de tort au Challenge et j'espère que cela ne lui en portera pas parce que la réflexion qui va suivre n'engage vraiment que ma petite personne, mais je pense qu'ils acceptent bien les chèques de participation des Pro-Classic alors, est-ce que, bien que la Pro-Classic ne soit pas organisée par la Fédé, les pilotes ne font pas aussi le spectacle et est-ce qu'ils n'en sont pas aussi respectables (une coupe doit coûter au moins 2 euros ttc !) ? Jusqu'à ce jour je ne savais pas qu'il y avait aussi des clubs " mauvais joueurs " je savais qu'il y avait des pilotes, mais UN club !, je trouve cela sévère et dommage, puisque, information prise de source sûre, c'est le seul club, de la saison qui ne remette pas de coupes aux trois premiers. Frustrant pour Christophe qui n'a donc pas eu de coupe du week-end puisque sa prestation de la matinée ne le positionnait qu'en huitième place de la catégorie dont, soulignons-le, le niveau est très élevé. Mais : Christophe, maintenant que tu as " flirté " avec les premières places, l'année prochaine on t'attend plus souvent sur le podium !. Et les GSXR " bêtes maudites s'il en est ! " où étaient-elles ? Et bien, pour cette fois-ci elles ont été quasi-inexistantes, une seule était présente qui n'a terminé que la première course, en seulement 11ème position. On verra l'année prochaine ! Pour cette année, le résultat du championnat pour l'équipe : Gilles 3ème et Eric 4ème à…….. 1 point !

Moralités :

- Une course n'est gagnée qu'après l'abaissé du drapeau à damier - un championnat se court sur une saison et, qui gagne aujourd'hui peut se retrouver " dans les choux " demain. - Dame " mécanique " est une maîtresse incontrôlable, n'oublions pas que même en Grands Prix les meilleurs teams souffrent de casses, alors peut-on réellement en vouloir à des " dames d'âges respectables " et à leurs préparateurs ? - les pneus !!!!!….. Ah ! les fameux pneus !!!!! La moto d'Eric pour la course de l'après-midi était équipée du vieux pneu arrière du BOC, ce qui fit dire au vainqueur de la course en pointant vers moi un index accusateur : si Eric avait gagné, j'aurais porté réclamation. Et un mauvais joueur ! Un ! Renseignement pris auprès de l'organisateur rien n'est stipulé à ce sujet dans le règlement et après discussion avec le " concurrent " Philippe Fréon, l'organisateur Philippe Fréon a décidé qu'il fallait impérativement se pencher sur ce sujet de manière constructive et étudier la possibilité de tout mettre en oeuvre pour qu'aucun événement regrettable n'arrive dans le futur. La séance de ce dimanche nous a vraiment prouvé que, bien que roulant sur des motos anciennes, il n'est pas questions de mettre sur la piste des " trognons ". Les courses de motos ont toujours été des tremplins aux évolutions des motos même anciennes. Il y a quelques années (peut-être 4) les organisateurs ont exigé l'adaptation de bac récupérateur. Cette directive a pu être suivie donc, pourquoi ne pas continuer dans cette bonne voie et progresser dans la sécurité ? Personne n'a aimé roulé dans ces conditions et nous avons vraiment jonglé avec la catastrophe alors !… jusqu'au jour ou !…… Le jeu en vaut-il la chandelle ? Et puis, n'oublions pas que ces motos valent souvent beaucoup plus cher que des motos modernes, alors est-il nécessaire de faire prendre à leurs propriétaires le risque de les voir endommagées, surtout lorsqu'on connaît les prix des pièces de remplacement qui, de surcroît, sont de plus en plus rares. Les motos anciennes sur les grilles de départ sont de plus en plus des motos " bijoux " elles sont donc, elles aussi, respectables et pour cela méritent quelques sécurités. Que ceux qui ne sont pas de cet avis s'expriment franchement !. Il n'est pas nécessaire de polémiquer, il faut agir et pour cela il faut " forcer " les équipementiers à s'intéresser à ce marché qui se développe de plus en plus, aussi nous allons œuvrer dans ce sens et tâcher d'apporter des solutions. Les organisateurs de courses, surtout du côté de Clichy, feraient bien de se pencher aussi sur la question pour leurs futurs règlements !. (Mais non ! Mais non ! je ne me rabâche pas ! Juste un peu, mais j'ai bien peur de le faire tant que la sécurité ne sera pas assurée. Au lieu de nous " parquer " derrière des vitres sécurit il serait peut-être plus subtil de penser à la sécurité des concurrents qui font venir le public !) Bon j'arrête sinon je vais encore avoir 22 de tension !…. Revenons à notre Challenge Pro-Classic. En cette journée de dernière épreuve de l'année et traditionnellement depuis……….. la nuit des temps !…….les frères Arnold, propriétaires d'un " lopin de terre " en champagne, nous font partager un peu de leur savoureuse récolte. Difficile de résister à une petite coupe, mais désespérant de devoir dire non à la deuxième pour cause de " bonne conduite routière " et dans ce cas-là qui conduit à votre avis ?… Toujours la même bien sûr !!!!!. Les bulles aident à la communication et aux sourires et nous étions tous bien déçus de devoir nous séparer mais beaucoup avaient " un paquet " de Kms pour rentrer. En espérant nous revoir tous, bien vite ! 

Marie Paule Ghiste


Copyright 2005 www.2G2C.com -  webmaster Francis Boutet